Actualités

Contenu

2016, année de la Marseillaise

 

Écrite en 1792 par Claude-joseph Rouget de Lisle, la Marseillaise est, à l’origine, un chant de guerre pour l’armée du Rhin et un hymne à la liberté. Elle est composée au moment où l’on apprend la déclaration de guerre de la France à L’Autriche.

 

Ce chant, hommage aux soldats qui, venus de toute la France s’apprêtent à défendre la patrie en danger est adopté par les volontaires marseillais venus en renfort qui entrent dans Paris en juillet 1792 en l’entonnant, d’où son nom « hymne des marseillais » et ensuite « Marseillaise ».

Au lendemain de la victoire des troupes révolutionnaires à Valmy, la Marseillaise est symboliquement exécutée comme hymne du triomphe à la demande du ministre de la guerre. Le chant est tellement populaire qu’il échappe à son auteur : on ajoute un septième couplet et il devient « chant national » par décret le 14 juillet 1795.

Interdit sous l’empire et sous la restauration, il est repris lors des révolutions de 1830 et 1848 avant d’être à nouveau proscrit sous le second empire. Lors de la proclamation de la République, en septembre 1870, la Marseillaise est de retour. Chantée par les insurgés de la Commune de Paris, elle redevient hymne national le 14 février 1879.

Elle est enseignée dans toutes les écoles françaises et est officiellement déclarée « hymne national » par les constitutions de 1946 et de 1958.

Le saviez vous ?

Devant la multiplication des incivilités qui consistent à siffler la marseillaise à l’occasion de rencontres de football, le législateur a créé un délit d’outrage au drapeau français et à l’hymne national sanctionné par six mois d’emprisonnement et à 7 500 euros d’amende.

Si certains, parviennent à en chanter le premier couplet et le refrain, combien sont capables de la suite ?