ANNEE 2019

Contenu

Comment gérer l’eau en période de sécheresse ?

 

L’insuffisance globale de précipitations depuis plusieurs semaines, conjuguée à l’action d’assèchement des vents, a pour conséquence la diminution sensible des débits des cours d’eau du département. Ce débit est à présent inférieur à 10 % du débit moyen annuel sur les bassins hydrographiques de la Cance, du Doux, de l’Ardèche, de l’Eyrieux et de Loire-Allier et les débits continuent de baisser rapidement.

Préserver durablement les ressources naturelles

Cette situation exceptionnelle pourrait devenir commune à partir de 2050 en raison du dérèglement climatique. Aussi, au-delà des mesures de restriction en périodes de crise, la politique de gestion de l’eau doit prendre en compte les changements de long terme pour préserver durablement les ressources naturelles notamment pendant la saison des basses eaux.

Chaque année, les cours d’eau et les nappes connaissent naturellement une période de basses eaux ou de faibles débits dont l’amplitude est plus ou moins grande. Cette période est appelée « étiage ». Un suivi de cet étiage permet alors de contrôler l’état des ressources en eau et de s’adapter à la situation.

En cas d’insuffisance de la ressource en eau dans un secteur hydrographique, les préfets peuvent prendre des mesures de limitation ou de suspension des usages de l’eau. Ces restrictions concernent tous les usagers : agriculteurs, collectivités, entreprises et particuliers.

Économiser l’eau, l’affaire de tous

Si 25 % de la consommation d’eau en France relève de la sphère domestique, 50 % de cette consommation, concentrée sur le printemps et l’été, relève de la sphère agricole. Une mobilisation de tous y compris des agriculteurs dans leurs pratiques d’irrigation est nécessaire dans les zones où des restrictions sont déjà prévisibles.

En période de sécheresse plus que jamais, soumis ou non à des mesures de restrictions, chacun d’entre nous peut maîtriser sa consommation d’eau dans ses usages quotidiens grâce à des gestes simples : privilégier les douches, installer des équipements sanitaires économes en eau, faire fonctionner les appareils de lavage à plein...

Les industriels (25 % de la consommation d’eau) sont également encouragés à réduire leurs prélèvements et leur consommation d’eau, grâce à des modes opératoires plus économes en eau.