L’exploitation forestière

Contenu

L’exploitation forestière

 

En Ardèche, le volume total sur pied de la forêt de production est estimé à plus de 25 000 000 m3 (44% de feuillus pour 56% de conifères).

La production biologique annuelle de bois est estimée à plus de 1 200 000 m3 de bois (35% de feuillus pour 65% de conifères).

La gestion durable des forêts est un des objectifs majeur de la politique forestière nationale.
Sur ce volume, seuls 17% sont commercialisés dans le cadre de l’exploitation forestière, soit un peu plus de 200 000 m3 dont 65% de bois d’oeuvre, 29% de bois d’industrie et environ 6% de bois de chauffage.

La faible récolte de bois d’oeuvre feuillus (5 000 m3) est liée à la médiocre qualité de cette catégorie de bois en Ardèche.
La récolte de bois résineux s’élève quant à elle à 150 000 m3.

L’exploitation forestière regroupe le bûcheronnage, le débusquage et le débardage.
Les exploitants forestiers achètent les coupes de bois et font réaliser l’abattage des arbres.
La tronçonneuse et parfois des engins très performants ont désormais remplacé la cognée et la scie passe-partout, mais le travail des bûcherons reste pénible et dangereux. Après abattage, les troncs découpés, ou grumes, sont rassemblés à l’aide de treuils, c’est le débusquage. Le débardage consiste ensuite à déplacer ces grumes vers les places de dépôt accessibles aux grumiers. Les difficultés de circulation et d’accès rencontrées par les grumiers sur certaines routes sinueuses ou étroites pénalisent parfois l’exploitation forestière.


Exploitation forestière mécanisée
L’exploitation de la forêt est tributaire des conditions climatiques et des saisons. Les intempéries entravent la réalisation des coupes. Au printemps et en été, le sciage des grumes doit être effectué rapidement afin d’éviter les attaques du bois par les champignons et les insectes. Les coupes permettent de récolter des bois de différentes qualités.

Le bois d’oeuvre (150 000 m3 soit 75% de la production de l’exploitation forestière ardéchoise) Cette catégorie regroupe tous les bois destinés à être sciés, déroulés ou tranchés, dont les bois aux coûts unitaires les plus élevés. En Ardèche, le bois d’oeuvre provient à 95% des peuplements résineux.


Charpente de la tour de guet de Serre-de-Barre

Le bois d’industrie (31 000 m3 soit 15% de la production de l’exploitation forestière ardéchoise)
Ce terme regroupe tous les bois non sciables en raison de leur trop faible diamètre. Ils donneront des étais, poteaux ou piquets ainsi que les rondins destinés aux usines pour la pâte à papier ou les panneaux de particules.
Principalement alimentées par le bois des coupes d’éclaircies, ces utilisations contribuent de façon déterminante au bon développement des forêts.


Place dépot de bois d’industrie

Le bois énergie (21 000 m3 soit 10% de la production de l’exploitation forestière ardéchoise)
Il est utilisé pour la production d’énergie. Il est conditionné sous forme de bûches ou de plaquettes.
L’augmentation du coût des énergies fossiles à contribué à son développement.