Contenu

Le sol et la forêt

 

Les qualités physiques et chimiques du sol (critères édaphiques) influent sur la nature de la végétation qui peut s’y développer et déterminent de ce fait la composition des peuplements forestiers.
Ainsi le châtaignier ne peut vivre que sur un sol acide, le pin sylvestre se satisfait d’un terrain pauvre, le hêtre affectionne les sols meubles et frais, le pin maritime s’épanouit dans des sols sablonneux.

Cette dépendance des sols et de la végétation conditionne les paysages différents qui contribue à la richesse du patrimoine naturel du département.
En Ardèche, les caractéristiques pédologiques expliquent la faible présence des feuillus dits précieux (merisiers, érables...), qui exigent des sols riches et bien alimentés en eau.

La grande majorité des forêts ardéchoises se développe sur des sols acides issus de roches granitiques ou de roches cristallophylliennes (gneiss dans les Monts du Vivarais, les Hautes Boutières et les Hautes Cévennes ; schistes et micaschistes dans les Cévennes et le piémont vivarois).
Ces roches datent de l’ère primaire (plus de 280 millions d’années).
Le reste du couvert forestier se localise sur :
. des roches sédimentaires formées à l’ère secondaire (à partir de 220 millions d’années) : grès, marnes et calcaires du Bas Vivarais ;
. une carapace volcanique caractéristique de la Montagne ardéchoise, qui se prolonge par le Massif du Coiron.