Contenu

Les conseils pour rouler en toute sécurité

 

Les conseils de sécurité avant de partir et pendant le trajet

 

Les conseils de sécurité

· AVANT DE PARTIR
Préparez votre véhicule aux situations hivernales.
Vérifiez l’état général du véhicule et plus particulièrement les pneumatiques et leur pression. En hiver, il est fortement recommandé d’utiliser des pneus hiver car ils offrent plus de sécurité. Vérifiez également les feux de signalisation et les balais d’essuie-glace : n’oubliez pas l’antigel du lave glace et nettoyez le pare-brise, les vitres, les rétroviseurs et les phares avant de démarrer.
Munissez-vous d’équipements complémentaires qui doivent être facilement accessibles.

- Raclettes et balayettes, ampoules et fusibles de rechange et lampe de poche qui seront très utiles en cas de panne.

- Équipements spéciaux : pneus à crampons et chaînes à monter en cas de neige abondante et lorsque la signalisation vous y oblige. Montez-les chaînes en dehors des voies de circulation, sur les espaces prévus à cet
effet en montagne, et sur terrain plat et dégagé, en plaine. Ayez à votre disposition une paire de gants pour la
mise en place des chaînes. N’attendez pas d’être bloqué pour agir. Il est conseillé de s’exercer au montage avant le départ.

Ayez à bord de votre véhicule des vêtements chauds, des gants, des couvertures, de l’eau et de quoi vous restaurer pour les longs trajets, si la neige est annoncée ou en cas d’immobilisation prolongée du véhicule.
Vérifiez la présence dans votre véhicule du gilet de sécurité et du triangle de pré-signalisation qui sont obligatoires. N’oubliez pas en cas de panne sur la chaussée ou ses abords :
- d’allumer vos feux de détresse ;
- d’endosser votre gilet de sécurité avant de sortir du véhicule ;
- de placer le triangle de pré-signalisation environ 30 mètres avant l’obstacle à signaler, sauf si cette opération met manifestement votre vie en danger ;
- de ne pas rester aux abords immédiats de la route.
Prenez la route bien reposé.

Les conditions de circulation difficiles sont plus fatigantes. Une nuit complète de sommeil s’impose avant de prendre le volant pour un long trajet. Évitez de faire des repas copieux, ne buvez pas d’alcool, ne consommez jamais de produits stupéfiants ni de médicaments incompatibles avec la conduite. En cas de consommation d’alcool, adoptez le « réflexe éthylotest » pour vous assurer de votre aptitude à conduire.
Conditions de conduite et recommandations à suivre
Depuis plusieurs années, un langage commun exploitants, gestionnaires et médias permet de faire connaître aux usagers les conditions de conduite sur route, c’est-à-dire, le degré de difficulté affectant
la circulation du seul fait de la présence de neige ou de verglas. Ces conditions sont assorties de conseils de prudence :
· Conditions de conduite normales : absence de pièges hivernaux (ni verglas, ni neige), il faut rester prudent. Une route ne peut jamais être considérée sans danger.
· Conditions de conduite délicates : très grande dangerosité (verglas localisé, neige en faible
épaisseur), il faut être très vigilant.
· Conditions de conduite difficiles : risque de blocage du trafic (verglas généralisé, neige), il convient de différer son déplacement.
· Conditions de conduite impossibles : conditions météorologiques très dures, perturbant
profondément la circulation, il ne faut pas partir (des circonstances exceptionnelles peuvent, temporairement, rendre la circulation impossible, même sur des axes de niveau prioritaire).
NE PRENEZ PAS LA ROUTE.
Informez-vous sur les conditions météorologiques, de trafic et sur l’état des routes :
Site bison futé et le site Météo-France et les radios généralistes.

· PENDANT LE TRAJET
Restez attentifs aux messages de prudence diffusés sur les ondes (107.7 FM sur autoroutes concédées, points « info trafic » des radios généralistes) et sur les panneaux à messages variables.
Tout le monde boucle sa ceinture de sécurité.
Portez votre ceinture de sécurité à l’avant et à l’arrière et veillez à ce que vos passagers mineurs soient bien attachés et le restent tout le long du trajet. N’oubliez pas : 1 personne = 1 place = 1 ceinture.
Attention aux risques de fatigue et de somnolence.
Pour lutter contre les risques de fatigue au volant, une pause toutes les deux heures est nécessaire. Dès les premiers signes de somnolence (bâillements, lourdeur des paupières), arrêtez-vous et faîtes un somme de vingt minutes.
Adaptez votre conduite aux dangers de l’hiver.
Observez les limitations de vitesse et adaptez-la aux circonstances. Respectez les distances de sécurité, notamment par temps de pluie, de neige, ou lorsque les températures sont négatives ou proches de zéro ; soyez vigilants, il peut y avoir du verglas.
Redoublez de prudence lors des petits trajets, particulièrement sur les routes secondaires, en agglomération et lors de la traversée de passages à niveau.
Attention : Le dépassement des engins de service hivernal en action sur la chaussée est interdit à tout véhicule. Prenez garde de ne pas mettre en danger les agents qui interviennent sur le réseau routier pour travaux ou surveillance.

Le verglas
Le verglas est un dépôt de glace résultant de la congélation d’eau apparue sur la chaussée par condensation ou à la suite d’une précipitation (pluie, brouillard). C’est particulièrement dans les zones de décélération (carrefour, virage, bretelle, descente) que le risque de perdre le contrôle de son véhicule sur une plaque de verglas est important. Le risque est d’autant plus grand que la conduite est heurtée et saccadée.
La formation de verglas ou de plaques de glace rend le réseau routier impraticable et augmente le risque d’accidents. Redoublez donc de vigilance en cas de route susceptible d’être verglacée : même si le réseau est surveillé et traité, il est toujours possible que du verglas se forme en quelques instants et que la chaussée devienne glissante.

Le brouillard
En cas de brouillard épais, réduisez progressivement votre vitesse, en dessous de 70 km/h, y compris sur autoroute, voire 50 km/h si la visibilité est inférieure à 50 mètres. Augmentez considérablement la distance de sécurité avec le véhicule qui vous précède et allumez vos feux de brouillard.
Allongez de façon significative les distances de sécurité : il faut plus de temps pour s’arrêter sur chaussées
glissantes. En effet, lorsqu’il pleut, la distance de freinage jusqu’à l’arrêt du véhicule augmente. Rappelons que lorsqu’un automobiliste roule à 50 km/h sur route sèche, il doit parcourir une distance de 28 mètres pour arrêter son véhicule (14 mètres de temps de réaction + 14 mètres de distance de freinage). À 90 km/h, 70 mètres sont nécessaires (25 mètres de temps de réaction + 45 mètres de distance de freinage).
Assurez-vous en permanence de bien voir et d’être bien vu.
La mauvaise visibilité due aux conditions atmosphériques (pluie, brouillard, neige...) se trouve aggravée par la buée à l’intérieur de l’habitacle ou la réflexion de l’eau sur les vitres. Roulez lentement, prévoyez plus de temps pour vous déplacer et allongez, de façon significative, les distances de sécurité. Quelle que soit l’heure de la journée, la luminosité est globalement faible et tout l’environnement devient moins perceptible, notamment les piétons souvent vêtus de sombre ou les cyclistes mal éclairés.
Pensez à allumer les feux de croisement dès que la luminosité est insuffisante.
Sachez que depuis le 7 février 20111, les voitures et camionnettes neuves sont obligatoirement équipées de feux « dédiés ». Placés à l’avant du véhicule, ces feux de jour à allumage automatique sont moins lumineux que les phares et consomment moins d’énergie.

Conseils pour les piétons et les cyclistes :
portez des vêtements clairs et utilisez des dispositifs lumineux ou réfléchissants pour être bien vu par les autres usagers de la route.
Rappel pour les cyclistes : le port du gilet de sécurité est obligatoire la nuit, pour tout conducteur ou passager d’un cycle circulant hors agglomération, et le jour, lorsque la visibilité est insuffisante. Il est vivement recommandé en toutes circonstances.

Il est recommandé de ne pas utiliser de deux-roues en cas de neige ou de verglas.
Les motards qui prennent tout de même la route en hiver doivent vérifier l’état de leur éclairage et de leurs pneumatiques et porter des vêtements chauds aux couleurs voyantes ou mieux, des vêtements rétroréfléchissants.
Il leur est vivement conseillé d’être particulièrement prudents sur les routes de rase campagne.

L’Alcool

Trop de sorties entre amis se terminent en drames à cause de la consommation d’alcool, rentrez sains et saufs en respectant impérativement les conseils de sécurité suivants :
- Désignez, dès la préparation d’une sortie festive, « Sam, celui qui conduit c’est celui qui ne boit pas », un
conducteur qui s’engage à ne pas consommer d’alcool pour raccompagner ses proches en toute sécurité. Pas de bonnes soirées sans votre Sam.
- Si vous avez bu, ou si une personne de votre entourage a bu : attendez que l’alcool soit éliminé par l’organisme avant de reprendre la route. Pour s’assurer que vous êtes en état de reprendre le volant, soufflez dans un éthylotest aux normes NF. Vous pouvez aussi parfois prendre les transports en commun (renseignez-vous sur les lignes fonctionnant en nocturne), appeler un taxi ou rentrer à pied.
- Refusez de monter dans un véhicule dont le chauffeur n’est manifestement pas en état de conduire.
- Ne laissez pas quelqu’un qui a bu reprendre le volant. Empêchez-le de reprendre la route si vous voyez qu’il n’est pas en état de conduire. Rappelez-vous que quelques mots peuvent suffire à sauver une vie. Si vous ne parvenez pas à lui parler, envoyez-lui des conseils par SMS pour le dissuader de reprendre la route. Retrouvez l’application mobile inédite « Sauver un ami » sur les appareils de type « iPhone » et « Androïd » (en vérifiant qu’il n’est pas en train de conduire).