Mise en oeuvre de la police de sécurité du quotidien en Ardèche : l’exemple de Bourg-Saint-Andéol

 

Philippe COURT, préfet de l’Ardèche et Olivier COULBEAU, commandant du Groupement de Gendarmerie, seront ce jeudi 22 mars à Bourg-Saint-Andéol dans le cadre du lancement de la Police de Sécurité au Quotidien (PSQ) en Ardèche.

Qu’est-ce que la police de sécurité du quotidien ?

La police de sécurité du quotidien (PSQ) constitue une nouvelle approche en matière de sécurité, en replaçant le service rendu aux citoyens au cœur de l’action des forces de sécurité.

- Au plan national, la PSQ se traduit par l’engagement de grands chantiers de modernisation tels que la simplification de la procédure pénale, la proximité de l’action, l’accélération du déploiement des outils numériques et le renforcement des effectifs dans certains territoires identifiés comme prioritaires.

- Au plan départemental, plusieurs actions vont être conduites en Ardèche afin notamment de développer la proximité avec la population et les élus. Cela se traduit, en particulier, par :

- la création de deux groupes de prévention et de contact sur les communes de Bourg-Saint-Andéol et Annonay. Cette formule consiste à dégager au sein d’une unité de gendarmerie un élément de 3 à 4 personnels qui a pour mission exclusive la surveillance générale et le contact avec la population ;

- le développement de partenariats avec les acteurs de chaque territoire afin de mieux associer la population, les entreprises et les élus à leur sécurité par le développement de la participation citoyenne, de l’opération « tranquillité vacances » et le renforcement des actions de conseil auprès des municipalités afin de favoriser l’implantation de la vidéo-protection ;

- la création de deux brigades territoriales de contact (BTC) : la BTC Valgorge Sud-Ardèche, déjà en fonctionnement depuis un an et qui donne d’excellents résultats, et la BTC de Saint-Pierreville.

L’exemple de Bourg Saint Andéol

La PSQ se décline à Bourg Saint Andéol par :
- la présence d’un groupe de prévention et de contact au sein de l’unité de gendarmerie,
- un contact renforcé avec les élus (chaque élu disposera d’un référent « gendarmerie » parfaitement identifié)
- le renforcement de l’emploi des outils numériques pour utiliser le système NEOGEND, terminal mobile, tel un « bureau embarqué », qui permet de gagner en rapidité et en efficacité sur le terrain.

 
Lien vers image en grand format (nouvelle fenêtre)
Lien vers image en grand format (nouvelle fenêtre)
Lien vers image en grand format (nouvelle fenêtre)
Lien vers image en grand format (nouvelle fenêtre)
Lien vers image en grand format (nouvelle fenêtre)