Année 2021

Contenu

Présentation du Plan Gel - L’Etat aux côtés des agriculteurs

 

La vague de gel du mois d’avril a fortement impacté le monde agricole, en particulier les arboriculteurs. Au total, 81 départements ont été placés en « exceptionnalité climatique » par Météo France.



Pour répondre à l’urgence, le Gouvernement a mis en place un plan gel, représentant au niveau National plus d’1 milliard d’euros
. Ce plan se structure autour de trois temporalités poursuivant différents objectifs.

Au sein de ce plan gel, le fonds d’urgence à la trésorerie représente un montant de 480 k euros pour le département de l’Ardèche. Bénéficiaires de cette aide, deux exploitants témoignent :

Philippe ALONSO

Agriculteur depuis 1982, Philippe Alonso possède une exploitation de 30 hectares d’abricotiers et 12 hectares de poires, située à Saint-Just-d’Ardèche. Il emploie une personne de façon permanente, et en principe une trentaine de saisonniers.
Massivement frappé par le gel ces deux dernières années, il a perdu 100 % de ses récoltes pour la saison 2021. Ce type de situation s’intensifie depuis quelques années en raison du réchauffement, ce qui déstabilise fortement le monde agricole : gel, grêle, inondations, etc. Dans ce contexte, M. Alonso est inquiet pour l’avenir : « Si ça recommence encore, on s’en sortira pas ». D’autant plus que malgré l’absence de récoltes, l’exploitation doit continuer à être entretenue (désherber, tailler, tondre, etc.).

En réaction à la vague de gel du mois d’avril, l’exploitant nous explique que « certains ont brûlé des bottes de paille mais ça n’a rien fait. Certains ont dépensé beaucoup pour des bougies mais ça n’a pas marché non plus ». Lui n’a pas utilisé le mécanisme des bougies, car il n’a pas les moyens de s’en acheter.

M. Alonso a déjà reçu de la part du Gouvernement un montant de 5 000 euros, au titre du fond d’urgence gel. Son dossier pour percevoir le dispositif des calamités agricoles a été déposé, il attend désormais l’instruction qui se tiendra en juillet, afin de recevoir in fine un paiement en septembre. Bien qu’abattu par la situation, il souligne : « s’il n’y avait pas eu d’aides, c’était fini pour moi ».

Jonathan CHOMETTE

Jonathan Chomette possède une exploitation de 40 hectares qu’il ne cesse d’élargir depuis 2008. Situé à Vion dans le Nord de l’Ardèche, il cultive une grande diversité d’arbres fruitiers (abricotiers, cerisiers, prunes et vignes). Récemment il a repris 15 hectares de terres, or les épisodes de gel des deux dernières années l’inquiètent pour la suite. L’utilisation de bougies en avril dernier ne lui a pas été d’un grand secours : « le sauvetage a été minime, 5-10 % ». Avec une production frappée à presque 100 % cette année, M. Chomette se dit inquiet pour le futur, et son souhait d’embaucher un employé permanent est remis en cause.

Grâce au fond d’urgence gel perçu en juin, l’agriculteur a pu payer le factures les plus urgentes. Il attend à présent de recevoir le dispositif des calamités agricoles de la DDT, une somme qu’il avait déjà perçu l’an passé, et qui lui avait permis de redémarrer une nouvelle saison : « Si on est aidé on va redémarrer ».