Contenu

Une première en France pour améliorer l’accès aux soins d’urgence

 

Un partenariat inédit a été signé en Ardèche pour faciliter le travail des médecins et des sapeurs-pompiers.

 

Le vendredi 9 janvier 2015 dans les locaux du Service départemental d’incendie et de secours de l’Ardèche, une convention* destinée à améliorer l’accès aux soins d’urgence a été signée entre le SDIS, l’ARS, le centre hospitalier des Vals d’Ardèche et le SAMU. Ce partenariat vise à faciliter le travail des médecins correspondants du SAMU. Le principe est de permettre d’intervenir, dans les meilleures conditions possibles, dans les communes situées à plus de 30 minutes d’un service médical d’urgence et de réanimation (SMUR). Grâce à cette convention, les médecins correspondants du SAMU pourront utiliser le matériel des sapeurs-pompiers (véhicules médicaux, équipements et pharmacie à usage intérieur). Ils seront aussi indemnisés par l’agence régionale de Santé pour leurs astreintes et leurs interventions. Par ailleurs, ils bénéficieront de formations.

Jusqu’à maintenant, une cinquantaine de médecins œuvraient déjà en Ardèche mais uniquement sur la base du volontariat et sans soutien matériel. "Novatrice par la mutualisation des moyens mis en œuvre et dépassant tout cadre corporatiste, cette convention place la potentielle victime au cœur du dispositif afin de lui garantir un secours de qualité et de proximité", soulignent les acteurs de ce partenariat.

Ce sont ainsi 11 secteurs géographiques qui bénéficieront, en plus des trois secteurs SMUR, de ces moyens : Aubenas, Joyeuse, Le Cheylard, Les Vans, Satillieu, Saint-Agrève, Sud vallée du Rhône d’Ardèche, Sainte-Eulalie, Thueyts, Vallon-Pont-d’Arc, Vernoux-en-Vivarais.

"Ce partenariat devrait permettre d’attirer de jeunes médecins en milieu rural", indiquent le Docteur Jean-Michel SUBTIL, président de l’association des médecins correspondants du SAMU en Drôme-Ardèche et Catherine PALLIES-MARECHAL, déléguée départementale de l’agence régionale de Santé.

En Ardèche, le SAMU et les sapeurs-pompiers travaillent déjà main dans la main depuis la mise en place en 2008 d’une plateforme unique, le Centre de Réception et de Traitement des Appels d’urgence (CRTA) qui centralise et traite les appels provenant des numéros d’urgence (15, 18 et 112). La réponse opérationnelle des secours est ainsi optimisée grâce à une meilleure gestion des interventions : amélioration de la rapidité de déclenchement et d’engagement des secours, régulation de tous les appels pour secours à personne, mutualisation des moyens et amélioration de la qualité des échanges.

IMG_5784c_cle0ef8a6.jpg
IMG_5784c_cle0ef8a6.jpg
(De gauche à droite - Jean-Paul QUILLET, Directeur du centre hospitalier des Vals d’Ardèche, Jean-Michel RADENAC, Directeur des services du cabinet du préfet de l’Ardèche, Catherine PALLIES-MARECHAL, Déléguée départementale de l’ARS Rhône-Alpes, Jean-Paul MANIFACIER, Président du Service départemental d’incendie et de secours de l’Ardèche et le Docteur Jean-Michel SUBTIL, Président de l’association des médecins correspondants du SAMU 26-07).

* La convention a été signée par Jean-Paul Manifacier, président du conseil d’administration du SDIS, Catherine Palliès-Maréchal, déléguée départementale de l’ARS Rhône-Alpes, Jean-Paul Quillet, directeur du centre hospitalier des Vals d’Ardèche et le docteur Jean-Michel Subtil, président de l’association des médecins correspondant de SAMU Ardèche-Drôme, en présence de Jean-Michel Radenac, directeur des services du cabinet du préfet de l’Ardèche, de Sandrine Chareyre, vice-présidente du CASDIS, du colonel Didier Amadeï, directeur du SDIS, du docteur Lazhar Chelihi, médecin-chef du SAMU de l’Ardèche et du docteur Jean-Michel Lavie, médecin-chef du SDIS.