Contenu

Exercice national de sûreté nucléaire sur le site de la Centrale nucléaire de CRUAS-MEYSSE

 

Les 20 et 21 octobre prochains, l’État et Électricité De France (EDF) organisent un exercice national de sûreté nucléaire au Centre Nucléaire de Production d’Électricité (CNPE) de CRUAS-MEYSSE, sous la coordination de la Préfecture de l’Ardèche et la participation de la Préfecture de la Drôme. Cet exercice qui s’inscrit dans le cadre du programme national d’exercices élaboré pour l’ensemble des centrales du parc nucléaire français, a lieu tous les 5 ans. Son objectif est de tester l’organisation et la gestion de crise qui seraient déployées par les pouvoirs publics et par EDF afin d’assurer la protection de la population, dans l’hypothèse d’un accident nucléaire.

La première journée, l’exercice portera sur « la gestion post-accidentelle ». Il s’agira d’un entraînement sans aucune manœuvre de terrain, basé sur la gestion de sortie de crise avec un passage de la situation d’urgence radiologique à celle d’exposition durable.

La seconde journée, sera à dominante « sûreté nucléaire » et ne donnera pas lieu à des déploiements sur le terrain. À partir d’un scénario fictif inconnu des participants, la centrale de CRUAS-MEYSSE simulera un accident technique qui nécessitera la mise en œuvre des dispositions prévues par son plan d’urgence interne (PUI), ainsi que par le plan particulier d’intervention (PPI). Établi et déclenché par EDF, le PUI est destiné à ramener l’installation dans un état sûr et à limiter les conséquences de l’événement. Placé sous la responsabilité du préfet, le plan particulier d’intervention (PPI) est destiné à protéger les populations, les biens et l’environnement à l’extérieur du site de la centrale, en cas d’accident grave.

Seront mobilisés au cours de ces 2 journées : les personnels de la centrale nucléaire de CRUAS-MEYSSE et leurs appuis techniques du niveau national, les différents services de l’État et services publics, les autorités exerçant des compétences en matière nucléaire (institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives, autorité de sûreté nucléaire), les opérateurs de réseau (SNCF Réseau et VINCI autoroutes). Les communes de l’Ardèche et de la Drôme se situant dans le périmètre des 5 km autour de la Centrale seront étroitement associées au déroulement de l’exercice. Elles pourront tester leurs Plans Communaux de Sauvegarde (PCS), afin d’améliorer encore l’information des populations et la gestion de crise locale.

Le dispositif « FR-Alert » sera expérimenté pour la toute première fois en Ardèche au cours de la seconde journée d’exercice. Ce nouveau moyen d’alerte des populations permet de prévenir par notifications, sur un téléphone portable, toute personne de sa présence dans une zone de danger. Consultez le communiqué de presse : cp fr alert v2 (format pdf - 205.4 ko - 17/10/2022)

Les interventions de sécurité et de secours pourront être visibles tout au long de ces deux journées. La population n’aura aucune conduite particulière à tenir, hormis de ne pas approcher du lieu d’exercice, de ne pas diffuser de fausses informations et de ne pas encombrer inutilement les réseaux de communication.

 
 

Documents associés :